Options de recherche
Page d’accueil Médias Notes explicatives Recherche et publications Statistiques Politique monétaire L’euro Paiements et marchés Carrières
Suggestions
Trier par

Priorités prudentielles et évaluation des risques et des vulnérabilités

Chaque année, nous définissons des priorités prudentielles permettant de déterminer nos principaux axes de travail pour les trois années à venir. Bien que nous revoyions nos priorités tous les ans, nous pouvons aussi les réviser à tout moment si l’évolution des risques le justifie.

Nous fixons nos priorités prudentielles à partir de ce que nous considérons être les principaux risques et vulnérabilités auxquels les établissements supervisés sont confrontés dans l’environnement économique, réglementaire et prudentiel actuel.

Priorités prudentielles 2023-2025 du MSU

Quelles sont les priorités prudentielles ?

Priorité 1

Renforcer la résilience des banques face aux chocs macrofinanciers et géopolitiques immédiats

Dans l’environnement actuel de forte incertitude, il est essentiel de veiller à ce que le secteur bancaire reste résilient et à ce que les banques corrigent les effets des chocs externes sur leurs activités.

Renforcer la capacité de résistance des banques

Principales vulnérabilités

Lacunes dans la gestion du risque de crédit

Les banques devraient remédier aux déficiences constatées dans leurs dispositifs de gestion du risque de crédit afin de renforcer leur capacité de résistance face à une détérioration potentielle de la qualité des actifs et de repérer et d’atténuer rapidement toute accumulation de risques.

Gestion du risque de crédit
Manque de diversification des sources de financement et déficiences dans les plans de financement

Une planification saine et une diversification des sources de financement peuvent aider les banques à conserver un accès fiable au financement, y compris si les conditions de financement devenaient moins favorables à l’avenir.

Sources et plans de financement

Priorité 2

Veiller à ce que les banques mettent en œuvre des stratégies de numérisation efficaces et renforcent les capacités de pilotage de leurs organes de direction

Les banques doivent remédier aux déficiences persistantes de leurs stratégies de transformation numérique et de leurs dispositifs de gouvernance, ce qui leur permettrait d’augmenter la capacité de résistance et la viabilité de leurs modèles d’activité.

Numérisation et capacités de pilotage

Principales vulnérabilités

Déficiences des stratégies de transformation numérique des banques

Le secteur bancaire continue de se numériser progressivement. En tant qu’autorité de surveillance, nous veillerons à ce que les banques disposent de stratégies saines et de dispositifs adéquats pour relever les défis posés par ces changements.

Stratégies de transformation numérique
Déficiences dans les cadres de résilience opérationnelle

Certains services et activités bancaires sont essentiels pour l’économie et doivent donc être protégés contre les perturbations. Cela vaut également pour les tiers fournissant des services essentiels pour le compte des banques.

Résilience opérationnelle
Déficiences dans le fonctionnement et les capacités de pilotage des organes de direction

Les banques doivent améliorer la composition et les capacités de surveillance de leurs conseils d’administration. De meilleures capacités de pilotage stratégique aideront les banques à relever les défis découlant de l’évolution permanente de l’environnement dans lequel elles opèrent.

Fonctionnement et pilotage des organes de direction
Déficiences en matière d’agrégation des données sur les risques et de déclaration

Une mise en œuvre appropriée de l’agrégation des données et des exigences de déclaration permettrait aux banquiers de disposer des informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions fondées. Cela est également vrai en temps de crise, lorsque des décisions critiques doivent être prises rapidement.

Agrégation des données sur les risques et déclaration

Priorité 3

Intensifier les efforts de lutte contre le changement climatique

Les risques liés au changement climatique évoluent rapidement, ce qui a, entre autres, des conséquences économiques importantes. Les banques doivent prendre des mesures et réagir de manière adéquate face à ces risques. Elles peuvent également jouer un rôle essentiel dans le financement de la transition vers une économie plus verte.

Changement climatique

Principale vulnérabilité

Expositions significatives aux facteurs de risque physique et de transition

Les banques ne seront en mesure d’atténuer les risques auxquels elles sont exposées que si elles tiennent dûment compte des facteurs liés au climat et à l’environnement dans leurs stratégies, leurs pratiques de gestion des risques et leurs processus de prise de décision.

Risques physiques et de transition

Comment utilisons-nous les priorités prudentielles et l’évaluation des risques ?

Outre la définition des domaines de travail prioritaires des autorités de surveillance pour les années à venir, les priorités prudentielles et les évaluations des risques apportent une contribution importante au prochain processus de contrôle et d’évaluation prudentiels (Supervisory Review and Evaluation Process, SREP) et bénéficient des résultats du précédent exercice SREP.


Processus de contrôle et d’évaluation prudentiels (SREP)

Dernières publications

Toutes les pages de cette section

Lancement d’alerte