Menu

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le vaste examen ciblé mené par la BCE améliore la fiabilité et la comparabilité des modèles internes des banques

19 avril 2021

  • La BCE a évalué les modèles internes utilisés par les banques pour calculer les actifs pondérés en fonction des risques pour le risque de crédit, de marché et de crédit de contrepartie
  • Ce vaste examen visait à vérifier que les banques respectent les règles et appliquent les modèles internes de manière cohérente
  • Il a entraîné une augmentation de 275 milliards d’euros du montant des actifs pondérés en fonction des risques sur les trois dernières années et mis en évidence 5 000 insuffisances auxquelles les banques doivent remédier

La Banque centrale européenne (BCE) publie ce jour les résultats de son examen ciblé des modèles internes (targeted review of internal models, TRIM). Les banques importantes et plus complexes utilisent généralement des modèles internes pour mesurer une partie de leurs actifs pondérés en fonction des risques, sur la base desquels les banques calculent leurs besoins de fonds propres.

Cet examen visait à vérifier que les modèles internes respectent les règles et ne donnent des résultats différents que lorsque les risques sous-jacents sont différents. Autrement dit, le TRIM a permis de réduire la variabilité non fondée sur le risque des résultats des modèles. Plus de 200 enquêtes sur place ont été réalisées auprès de 65 banques importantes utilisant des modèles internes.

« Ce vaste exercice, le plus grand projet de supervision bancaire de la BCE à ce jour, contribue à assurer une égalité de traitement au sein du secteur bancaire européen en veillant à la fiabilité des modèles internes et à la comparabilité de leurs résultats », a déclaré Andrea Enria, le président du conseil de surveillance prudentielle. « Il confirme qu’une mise en œuvre cohérente des modèles internes est possible, même lorsque la supervision prudentielle s’applique à une aussi grande région que l’union bancaire. Les banques s’efforcent de remédier aux insuffisances et de respecter pleinement les exigences. Notre guide relatif aux modèles internes les appuiera dans cette voie. »

La BCE a relevé plus de 5 000 insuffisances et émis des mesures prudentielles contraignantes pour que les banques mettent en œuvre des actions correctrices dans des délais précis. Le TRIM a ainsi entraîné une augmentation de 12 %, soit 275 milliards d’euros, des actifs pondérés en fonction des risques mesurés grâce aux modèles ayant fait l’objet d’une enquête. Autrement dit, le TRIM ayant permis de découvrir que les bilans des banques présentaient davantage de risques qu’attendu, il a entraîné, sur la période 2018-2021, une baisse d’environ 70 points de base du ratio de fonds propres de base de catégorie 1 des banques utilisant des modèles internes.

Le TRIM a confirmé que les banques peuvent continuer à utiliser les modèles internes pour calculer leurs actifs pondérés en fonction des risques, à condition qu’elles corrigent les lacunes repérées dans les délais impartis pour se remettre en conformité avec les obligations légales. À l’avenir, les banques continueront d’investir dans des modèles de qualité. Il est particulièrement important, à cet égard, qu’elles renforcent encore leur fonction de validation interne. De son côté, la BCE poursuivra sa supervision exigeante, fondée sur le risque, des modèles internes pour s’assurer que les banques respectent en permanence les exigences relatives à leur utilisation.

Une gestion saine des risques s’appuie sur des modèles internes de qualité. Mettre ces derniers en conformité avec la réglementation permet aux banques d’être mieux préparées à gérer les risques dans des conditions économiques normales ou à faire face à des chocs exceptionnels.

Pour toute demande d’information, les médias peuvent s’adresser à François Peyratout,
au : +49 172 8632 119.

Notes

  • Une banque peut utiliser des modèles internes, plutôt que les formules standard, pour calculer ses actifs pondérés en fonction des risques.
  • Une banque ne peut utiliser des modèles internes pour calculer ses actifs pondérés en fonction des risques que si elle a obtenu l’autorisation préalable de la supervision bancaire de la BCE. Les modèles internes des banques font l’objet d’enquêtes spécifiques (par exemple celles menées dans le cadre du projet TRIM) et sont soumis à un suivi continu de la part de la supervision bancaire de la BCE, ce qui permet aux contrôleurs bancaires de vérifier que les banques respectent les exigences relatives à l’utilisation des modèles internes.
  • Le TRIM a commencé en 2016 dans le cadre d’un effort exceptionnel de grande ampleur déployé pour remédier aux incohérences éventuelles découlant de l’utilisation de modèles internes complexes et réduire la variabilité excessive (non fondée sur le risque) des résultats des modèles.

Contacts médias