Le processus de contrôle et d’évaluation prudentiels (SREP)

Les contrôleurs bancaires évaluent les risques auxquels les banques sont confrontées et vérifient si elles sont en mesure de gérer ces risques de manière adéquate. Cette activité est menée à travers le « processus de contrôle et d’évaluation prudentiels » (Supervisory Review and Evaluation Process, SREP). Elle vise à permettre une évaluation uniforme des profils de risque des banques ainsi que la prise de décisions concernant les mesures prudentielles qui s’imposent.

Résultats du SREP

Résultats agrégés du SREP 2019

Une fois par an, nous publions une synthèse des résultats du SREP pour toutes les banques soumises à notre surveillance prudentielle directe.

Exigences au titre du pilier 2 (P2R)

Nous fixons le montant des fonds propres que chaque banque soumise à la surveillance prudentielle doit détenir pour couvrir les risques auxquels elle fait face.

Résultats des SREP précédents

Depuis 2015, nous publions les résultats du SREP chaque année.


Comment conduisons-nous le SREP ?

Méthodologie SREP

Les contrôleurs bancaires utilisent une méthodologie unique et un ensemble d’outils harmonisés pour évaluer les banques de façon homogène à travers la zone euro. Ils concentrent leur travail sur les aspects suivants.

Modèle d’activité

Les contrôleurs bancaires analysent le modèle d’activité des banques pour mieux comprendre leurs domaines d’activité majeurs, l’environnement dans lequel elles opèrent et leurs principales vulnérabilités.

Gouvernance interne

Les contrôleurs bancaires étudient de près la gestion des différentes banques et s’intéressent en particulier aux membres du personnel, fonctions, organes de direction et comités qui jouent un rôle-clé dans leur fonctionnement.

Risques pesant sur les fonds propres

Les contrôleurs bancaires examinent quatre catégories de risque : le risque de crédit, le risque de marché, le risque de taux d’intérêt dans le portefeuille bancaire et le risque opérationnel.

Risques pesant sur la liquidité

Les contrôleurs bancaires évaluent la capacité de chaque banque à couvrir des besoins de liquidité spécifiques, par exemple en périodes d’incertitudes économiques, si les déposants étaient amenés à effectuer des retraits d’espèces beaucoup plus importants qu’en temps normal.


Sur quels éléments le SREP repose-t-il ?

Tests de résistance

Les contrôleurs bancaires utilisent les tests de résistance afin de repérer et de traiter les vulnérabilités à un stade précoce du processus.

Priorités prudentielles

Une fois par an, la supervision bancaire de la BCE établit des priorités prudentielles qui orienteront le SREP pour l’année à venir.

Évaluation des risques

Chaque année, la supervision bancaire de la BCE détecte et évalue les risques auxquels les banques font face pour déterminer les principaux axes de travail du SREP.